Monsieur Calvitie

Vitamine D et perte de cheveux : des études

A faibles doses, le soleil est excellent pour toutes les types de cheveux. Via la vitamine D, il agit sur le cheveu en phase anagène et permet un développement plus rapide de la kératine. Selon des études en cours, le soleil pourrait même aider à contrôler les états alopéciques.


l’absence de la VDR* n’empêche pas la formation de la niche du follicule, il en résulte pourtant une incapacité des cellules souches à régénérer la partie inférieure du follicule pileux

 Rôle de la vitamine D dans la biologie du follicule pileux

  Le point de départ de ces études était de définir le rôle de la vitamine D (VDR) dans la biologie du follicule pileux par l’intermédiaire des kératinocytes. Pour rappel, la synthèse cutanée est la principale source de vitamine D pour l’organisme. Sous l’action des rayons ultraviolets du soleil, le cholestérol (plus exactement un de ses dérivés) présent dans le derme est transformé en vitamine D.

   La Vitamine D possède de multiples récepteurs, au niveau des follicules pileux : elle présente une implication potentielle sur le cheveu et son renouvellement. C’est pourquoi, depuis 2002, plusieurs chercheurs aux USA (Harvard Medical School) étudient sa contribution possible au développement ou à l’atrophie de la kératine. Plusieurs résultats d’expériences ont été publié courant 2007 et 2010, d’autres sont en cours notamment pour approfondir et quantifier le rôle exact de la vitamine D dans les troubles capillaires et le cycle du follicule pileux.

Résultats préliminaires des  expériences sur les souris

Une série d’expériences sont en cours sur des souris ayant subi une ablation des VDR (récepteurs de la vitamine D) . A ce jour, les résultats sont les suivants :

– Privées de VDR, les souris développent bien un premier pelage mais sont dans l’incapacité de le renouveler correctement, quand le premier cycle pilaire arrive à son terme. Cette incapacité conduit à une perte progressive de la totalité de leurs poils qui mène au développement de l’alopécie. En fait, l’Absence d’un récepteur fonctionnel de vitamine D conduit à un dysfonctionnement de cellules souches des kératinocytes. L’expression des récepteurs à la vitamine D est nécessaire au développementnormal du follicule pileux

– Au sein des cellules, on constate un vieillissement et un affaiblissement du bulbe par une baisse qualitative et quantitative des kératynocytes, les cellules souches de la kératine. Ceci, au profit des sébacytes, lesquelles entraînent une augmentation de l’activité sébacée.

– Lorsque l’on administre aux souris chauves de la vitamine D synthétique, le poil repousse, preuve que les récepteurs à la vitamine D joue bien un rôle dans la biologie du follicule pileux. Reste à définir l’étendu de ce rôle.

Conclusions des études préliminaires

– La vitamine D semble donc jouer un rôle déterminant sur la pousse normale du cheveu (phase anagène), puisque son absence vieillit prématurément les follicules pileux, les rendant incapables de réenclencher correctement un nouveau cycle de kératinisation.

– Une carence en vitamine D pourrait représenter un facteur de risque supplémentaire dans le développement des alopécies et le trop plein de sébum. Il viendrait interagir sur la chute de cheveux, en s’ajoutant aux facteurs classiquement répertoriés : génétique, stress, anémie ferrique, problèmes thyroïdiens…

– Les personnes qui perdent leurs cheveux devraient vérifier leur taux de vitamine D, surtout en automne (saison où les cheveux ont tendance à tomber plus) et en hiver. Si une carence était avérée, elles devraient se faire prescrire par leur médecin une supplémentation adaptée à leur cas.

Les sources en vitamine D

Source endogène

   La synthèse cutanée est la principale source de vitamine D pour l’organisme. Sous l’action des rayons ultraviolets du soleil, le cholestérol (plus exactement un de ses dérivés) présent dans le derme est transformé en vitamine D. Cependant, cette synthèse n’est pas uniforme et dépend de plusieurs facteurs : l’ensoleillement, l’âge,  une situation physiologique particulière,  la pigmentation de la peau

   Attention, les UVA et les UVB ont un rôle plus important que le rayonnement visible sur les cheveux. Ils provoquent une altération des cuticules avec diminution de l’adhésion des écailles cuticulaires : les cheveux sont alors secs, cassants, rugueux, raides et moins brillants. La coloration est modifiée de façon plus importante au niveau des cheveux roux et des cheveux clairs car la phéomélanine est plus sensible aux UV que l’eumélanine.

Source alimentaire

   Les principales sources alimentaires sont : l’huile de certains poissons (huile de foie de morue), les poissons gras (sardine, hareng, maquereau, saumon), les œufs, le lait, le beurre, la viande, le foie en contiennent de petites quantités.Les produits végétaux sont pauvres en vitamine D. Les fruits et les noix n’en contiennent pas.
De plus, le lait de femme ne contient pas assez de vitamine D pour couvrir les besoins du nourrisson.

MonsieurCalvitie © 2012

Références

Vitamin D receptor is essential for normal keratinocyte stem cell function, 2007

Role of the vitamin D receptor in hair follicle biology, 2007

The role of vitamin D in hair disorders and hair follicle cycling, 2010

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivez-nous sur Facebook

Entrer votre adresse puis valider le lien qui vous sera envoyé pour recevoir l'actualité

Rejoignez 917 autres abonnés

Suivez-nous sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :