Monsieur Calvitie

Vos cheveux gardent une carte précise de vos déplacements

Une étude de l’Université d’Ottawa prouve que les données contenues dans nos cheveux peuvent dévoiler nos allées et venues. Michelle Chartrand et Gilles St-Jean, chercheurs à l’Université d’Ottawa, n’ont pas besoin de fouiller très loin pour savoir d’où vous venez, où vous êtes allé et ce que vous avez grignoté : ils n’ont qu’à vous prélever un cheveu.

Les déplacements d’une personne

En analysant les isotopes stables d’oxygène et d’hydrogène retenus par les cheveux, les deux chercheurs peuvent acquérir des détails sur la provenance et les déplacements d’une personne, renseignement liée à l’eau locale que cette personne boit ou utilise pour cuisiner.

Les isotopes stables de carbone, d’azote,  et de soufre le long d’un cheveu peuvent quant à eux brosser un portrait de l’alimentation d’une personne, voire déceler   une maladie. Cette méthode d’analyse gagne en popularité, surtout en criminologie, dans les cas où l’ADN ou les autres méthodes traditionnelles n’aboutissent pas.

Favoriser la résolution d’affaires criminelles

Ces découvertes ont encouragé Gilles St-Jean et Michelle Chartrand à réaliser des analyses de cheveux pan-canadiennes pour nourrir une base de données qui pourrait aider à la résolution d’affaires criminelles non élucidées grâce à des critères chimiques à référence géographique. L’exercice d’échantillonnage canadien permet aussi d’ajouter à la base les éléments traces contenus dans l’eau et les cheveux.

Les laboratoires de criminalistique de la GRC, pour leur part, y ajoutent des éléments traces contenus dans le sol et des grains de quartz recueillis pendant le travail d’échantillonnage; qui soutient aussi la mise sur pied de la première base de données moderne sur le pollen en collaboration avec un groupe de l’Université de Montréal.

Création d’une carte géographique

Il a fallu quatre ans aux membres de l’équipe de recherche pour recueillir plus de 500 échantillons de cheveux de personnes vivant dans différentes régions du Canada. Se basant sur les résultats des tests de laboratoire, les chercheurs ont réussi à créer « une carte des isotopes » du pays, ce qui peut aider la police lors des enquêtes criminelles.

MonsieurCalvitie © 2012

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivez-nous sur Facebook

Entrer votre adresse puis valider le lien qui vous sera envoyé pour recevoir l'actualité

Rejoignez 917 autres abonnés

Suivez-nous sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :