Monsieur Calvitie

La pelade

La chute de cheveux de type pelade se caractérise par une chute de cheveux ou de poils survenant sur une ou plusieurs zones circonscrites du cuir chevelu ou du corps. Particulièrement éprouvante pour les sujets qui en sont touchés, la pelade se manifeste par une perte des cheveux par plaques.

On n’en connaît malheureusement pas les causes. L’hypothèse la plus vraisemblable est celle d’une origine immunitaire, autrement dit d’une réaction de l’organisme contre une agression. Aucune révolution thérapeutique n’est apparue ces dernières années pour la pelade.

L’abstinence thérapeutique

Du fait du taux élevé de repousses spontanées, il est parfois préférable de ne rien faire, en cas de petites plaques par exemple, susceptibles de repousser spontanément. C’est le cas également si le patient n’en fait pas la demande. Le plus souvent il s’agit de plaques corporelles masquées par les vêtements, ou de localisations dans la barbe ou sur les ongles.La pelade décalvante totale de l’enfant est extrêmement difficile à traiter, et malheureusement parfois, on est certain que les cheveux ne repousseront plus si la pelade est ancienne avec un cuir chevelu lisse sans orifice de follicule pileux.

Pelade et traitements médicamenteux

Sont utiliséz régulièrement des traitements classiques et faiblement toxiques : corticoïdes locaux de niveau 1 pour lesquels a été démontrée l’efficacité en regard des zones traitées ; les corticoïdes injectables in situ dilués chez l’adulte pour les plaques ou pelades ophiasiques peu étendues ; l’anthraline en contact bref chez l’adulte ou l’enfant, et le minoxidil à 5% pour aider une repousse lente ou incomplète.

L’immunothérapie de contact: la voie royale?

L’immunothérapie de contact parait parmi les meilleures des thérapies mais reste confrontés à plusieurs obstacles : études toxicologiques insuffisantes, situation vis à vis de la légalité peu claire, risque accru de déclencher un vitiligo sur ce terrain, traitement relativement lourd à réaliser pour un service hospitalier. Ce traitement rend cependant d’immenses services à certains patients et mérite probablement d’être entrepris en s’entourant de précautions (et consentement signé).

Les corticoïdes pour les pelades récentes
Ils sont intéressants pour les pelades récentes (premiers mois) en forte extension. Ils s’adressent surtout aux premiers épisodes de pelades en plaques touchant plus de 30% de la surface du cuir chevelu évoluant vers une décalvante.
.


La PUVAthérapie pour les pelades les plus étendues

Elle est toujours employée mais avec beaucoup plus de précautions : sélection des sujets, peu de séances, fort risque de récidive donc le plus souvent traitement à relayer. La balnéoPUVA est séduisante mais finalement pas de moindre risque carcinologique, plus complexe et peu pratique à mettre en œuvre ; une technique de turban imprégné a été employée sur quelques patients.

Le méthotrexate pour les pelades anciennes

Surtout associé à une corticothérapie orale « de déblocage » peut permettre dans certains cas de faire repousser des pelades anciennes étendues chez l’adulte.

Les compléments capillaires

Les compléments comme les perruques complètes sont remboursées à hauteur de 65% des 100 euros du tarif de la Sécurité sociale (c’est le prix des perruques les plus simples). Pour une perruque de qualité, il faut compter entre 300 et 500 euros. Certaines femmes utilisent également volontiers des faux cils collés.

Aucun régime alimentaire  efficace

Quelques compléments alimentaires sont proposés en pharmacie. Ils sont réputés favoriser la repousse des cheveux. Ils sont en réalité peu efficaces dans les calvities véritables même s’ils peuvent dans certains cas limiter les chutes de cheveux saisonnières.

Les solutions à venir

Les perspectives d’avenir semblaient s’orienter ces dernières années vers les immunosuppresseurs puissants comme le tacrolimus, la ciclosporine,  ou le pimecrolimus mais les résultats n’ont pas été à la hauteur. De la même manière à ce jour aucun des médicaments dits « biologiques » c’est-à-dire issus des biotechnologies n’a montré d’efficacité au cours d’essais thérapeutiques : infliximab, etanercept, efalizumab, alefacept. Le traitement des pelades étendues, et tout particulièrement chez l’enfant demeure donc difficile. Reste que la pelade fait l’objet de beaucoup de recherches et de publications, les progrès dans sa compréhension permettront nous l’espérons des avancées thérapeutiques à l’avenir plus sensibles.

Pelade et vaccin contre le H1N1 Voir le sujet ici

MonsieurCalvitie © 2012 Avertissement: Avant toute prise de médicaments, nous vous invitons à consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. Les marques et brevets cités sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs. 


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivez-nous sur Facebook

Entrer votre adresse puis valider le lien qui vous sera envoyé pour recevoir l'actualité

Rejoignez 917 autres abonnés

Suivez-nous sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :